Nous retrouvons donc Benicio Del Toro dans la peau du Che. Il est à noter que comme dans le premier opus, l'interprétation de l'acteur est assez remarquable. Il entre dans la peau du héros de la révolution cubaine à merveille. Et au cours de tout le film (comme c'était le cas pour le précédent opus), on ne peut pas passer à côté de son charisme et de sa présence dans chacune des scènes. L'histoire se déroule maintenant après la révolution cubaine, après la harangue aux nations unies, qui avait servie de fil rouge lors du premier film. On sentais un Che déterminer plus que jamais à exporter la révolution à toute l'Amérique du Sud. Le Che est devenue un genre de Star, connu à travers le monde pour son action et son engagement à Cuba. Admirer par certains, pris en modèle par d'autres, et crains par ses ennemis.

Puis un beau jour Ernest Guevara disparait, abandonnant ses responsabilités cubaine, et laissant femme et enfants derrière lui pour son consacrer à son grand amour : La Révolution. Peu de temps après nous le retrouvons déguisé pour échapper autant à la presse qu'a ses détracteurs, en Bolivie. Clandestinement le Che commence à monter un petit groupe de guérilleros. D'abord des camarades cubains, puis des boliviens. Le tout étant de faire la guérilla au gouvernement et d'enclenché la révolution.

Durant le film on peut alors se rendre compte de l'importance d'aider un peuple en difficulté qui anime le Che. De son désintéressement du profit personnel pour quelque chose de plus grand. Et comme souvent avec ce genre de personnage, la volonté inébranlable de faire ce qu'il faut pour le bien de la cause, même si ce n'est pas joli. Et puis il est également à noter une opposition assez significative entre les deux films. Le premier nous dépeint l'histoire d'une révolution couronnée de succès. Ce second film nous dépeint une révolution ratée. On oppose la réussite du premier par le fait que ces guérilleros cubain n'étaient pas connu, qu'ils se battaient chez eux, par rapport à ce deuxième opus ou le Che est une star de la révolution, et par conséquent la CIA s'en méfie et fait tout pour pourrir son mouvement. Ce qui nous amène inexorablement vers la fin dont tout le monde se doute en allant voir ce film.

La façon dont celui ci est tourné est légèrement différente, la lumière ne donne pas la même teinte à l'ensemble du film. De plus l'ambiance semble plus pesante, et le film adopte une position plus lyrique dans sa façon de nous dévoiler l'histoire. Un accent plus fort a été mis sur les images que dépeignent les scènes. Bref ce second opus est le complément essentiel du premier, certes différent mais indissociable de mon point de vue car formant un tout.

La fiche Allociné

La Bande Annonce Allociné